Demander plus d'informations

Myrtille

Culture
Sobre el arándano - AZUD
Cultura del agua - AZUD

À propos des myrtilles

La myrtille est devenue une culture très populaire ces dernières années, gagnant des adeptes grâce au retour sur investissement de cette culture en vogue dans le monde entier en raison de ses propriétés organoleptiques et sanitaires. L’immense intérêt du marché pour cette culture en a fait une culture de pointe en termes de technologie et d’altérations génétiques.

Les défis de la culture des myrtilles sont liées aux exigences de la culture, de sa grande sensibilité au stress hydrique, de sa faible tolérance à la salinité et aux niveaux d’acidité du sol souhaités. L’investissement initial dépendra du type de culture à mettre en place (sol ou culture hydroponique) et la variable la plus importante est la récolte, car la plupart des variétés doivent être récoltées à la main.

La myrtille est une culture naturelle de l’Amérique du Nord, elle préfère les climats froids avec des exigences en matière d’heures de refroidissement qui peuvent atteindre, pour certaines variétés, jusqu’à 1 200 heures. Grâce aux progrès de la génétique, nous disposons aujourd’hui de variétés qui s’adaptent à des conditions plus douces, avec une entrée en production plus précoce (il est possible de récolter après 1 à 3 ans) et avec une entrée en production à partir de mai dans l’hémisphère nord, qui peut être échelonnée avec une bonne gestion jusqu’en novembre.

Les variétés demandées par le marché dépendent toujours de celui-ci, et il ne faut pas oublier que le marché canadien est plus orienté vers des variétés plus sauvages, à moindre production, mais avec une saveur extraordinaire pour la confiserie. Le marché européen préfère les fruits frais.

Les variétés les plus demandées sur le marché mondial sont les Highbush :

  • Elliot
  • Ventura
  • Snowchaser
  • Duke
  • Biloxy

Les myrtilles sont originaires des climats froids, mais de nos jours, on trouve différentes variétés qui ont besoin de 1 200 heures de froid pour fleurir, comme aux États-Unis et au Canada, et des variétés qui n’ont besoin que de 24 heures de froid pour fleurir, dans des climats plus chauds comme le Mexique et la région méditerranéenne (sud de l’Espagne et Maroc).

Les myrtilles préfèrent les sols légèrement acides, perméables, à forte teneur en humus et bien drainés.

Sobre el arándano - AZUD

Techniques d'irrigation et de nutrition des myrtilles

Les myrtilles peuvent être plantées en pleine terre ou dans des lits de 15 à 20 cm de haut et de 40 à 60 cm de large, avec un cadre de plantation de 1,5 x 2,5 mètres.

En culture hors sol ou hydroponique, la myrtille est cultivée dans des pots ou des sacs de 27 à 40 litres, avec un mélange de tourbe et de perlite dont le pH est de 4,5 à 5,5. Dans ce type de culture, nous pouvons augmenter les densités. Les cadres de plantation varieraient de 0,5×2,5 m pour 9 000 plantes/ha à 0,5×2 m pour 10 000 plantes/ha.

Les myrtilles sont extrêmement sensibles au stress hydrique, avec des besoins en eau très spécifiques en fonction de leur stade phénologique. Un accent particulier doit être mis sur le calcul de l’eau de notre nouvelle plantation au moment de la floraison, de la nouaison et de la maturation des fruits.

Bien que la micro-aspersion ou l’aspersion soient des pratiques utilisées pour cette culture, notamment au Pérou et au Chili, les producteurs choisissent désormais de convertir leurs systèmes à l’irrigation localisée, que ce soit dans le sol ou en hydroponie. Il faut penser qu’il s’agit d’une culture qui a une longue durée de vie utile et qu’il faut en tirer le meilleur parti avec un minimum de coûts supplémentaires et les pertes conséquentes qui peuvent être causées par une irrigation inefficace (pourriture des fruits, chute des fleurs, champignons du collet, etc.)

Cultura del agua - AZUD

Comment AZUD résout-il ce problème ?

Aujourd’hui, l’irrigation en ligne est la plus courante, avec deux lignes de porte-buses, une de chaque côté du lit, de préférence des buses à autocompensation, pour compenser la perte de débit dans les exploitations avec des dépressions et donner un débit correct et égal pour toutes nos myrtilles.

Par exemple, AZUD PREMIER PC AS de 1,6 à 2,3 l/h avec un espacement des buses de 33 cm, ou le modèle CNL, qui non seulement régule la pression, mais évite aussi la vidange du tuyau, donnant une homogénéité dès le deuxième 0. Le temps d’arrosage variera en fonction des périodes de demande maximale d’eau pendant la journée.

La culture hydroponique des myrtilles gagne en popularité, notamment dans les régions dont les myrtilles ne sont pas originaires, comme le Pérou, le Mexique, le Maroc et le sud de l’Espagne.

Les buses d’irrigation jouent un rôle clé dans l’irrigation hydroponique, car les doses sont régulées par des impulsions d’une durée de 2 à 5 minutes. La buse doit être une buse àauto-compensation et non-drainante (CNL) car cette méthode d’irrigation nécessite un débit constant vers toutes les plantes du secteur simultanément. Si le tuyau est vidé à chaque fois que l’irrigation s’arrête, il n’y aura pas d’uniformité dans tous les secteurs.

Seuls les buses PC CNL offrent ces qualités, avec un labyrinthe suffisamment large pour éviter le colmatage et un débit autonettoyant rapide de 2 à 4 l/h.

Sélection des tuyaux émetteurs : Une large gamme de produits pour assurer le bon choix du tuyau émetteur. La combinaison du modèle d’émetteur, du débit unitaire et de l’espacement entre eux permet non seulement de garantir l’approvisionnement des dotations prévues dans la stratégie d’irrigation, mais aussi d’assurer un grand volume de sol humide disponible pour le développement des racines, tant en irrigation de surface localisée qu’en IGGE.

L’agriculture numérique : Avec le choix approprié du tuyau émetteur, l’utilisation de l’équipement AZUD QGROW, pour la gestion précise des apports d’eau et de nutriments, avec les informations provenant des capteurs du sol, des plantes et du climat cela permet :

  • Le développement continu des jeunes racines (RBNS) pour l’absorption de l’eau et des nutriments.
  • D’éviter les conditions défavorables au bon développement de la culture : humidité élevée du sol.
  • Une gestion précise des apports en nutriments et une pratique de l’irrigation visant à éviter les valeurs élevées de la CE de l’eau dans le bulbe humide. Les valeurs supérieures à 1,2 dS/m réduisent leur potentiel productif.
  • Une gestion précise de l’évolution des valeurs de pH dans l’eau contenue dans le bulbe humide. Des valeurs de pH en dehors de la fourchette 5-6 réduisent leur potentiel productif.

Produits connexes

Catégories connexes
Solutions connexes
Oficinas Azud

Contacter AZUD